Les différents types de semis

 

Vous souhaitez vous lancer dans l’aventure du jardinage et l’idée de cultiver vos propres légumes vous comble de joie… Seulement voilà, pour vous, les semis et leurs techniques sont totalement inconnus au bataillon. Pas de panique, Caillard vous explique pas à pas, comment semer en quelques étapes !

 

  

Les techniques de semis en pleine terre

 

Quel que soit le type de semis, il faut veiller à la profondeur du semis car, pour germer, les graines ont grand besoin d'air, de chaleur et d'humidité. Il est recommandé de ne pas enterrer la graine plus de 3 à 4 fois sa propre grosseur. Les graines très fines, en particulier certaines espèces de fleurs, peuvent être semées en mélange avec du sable très fin et du terreau. Le semis doit être tassé ensuite.

 

Le semis en pleine terre peut être réalisé en place ou en pépinière : le semis en place concerne les espèces rustiques qui resteront au même emplacement du semis à la récolte. On évite alors les opérations de repiquage mais il faut souvent pratiquer un éclaircissage. C'est-à-dire arracher des plants afin de laisser un espace suffisant pour la bonne croissance des autres plants. L'éclaircissage se pratique sur un sol humide pour arracher plus facilement les plants. On arrose ensuite le sol pour le raffermir autour des plantes conservées.

 

À l’inverse, les espèces semées en pépinière seront semées sur un emplacement temporaire, abrité ou non, puis repiquées ailleurs lorsqu’elles auront atteint un stade de développement suffisant.

 

Préparation du sol :

Pour obtenir une bonne germination des graines, il est préférable d'attendre que la terre soit suffisamment réchauffée. Le sol doit être bien préparé, préalablement ameubli avec une grelinette qui va venir l'aérer sans le retourner. Ainsi, la vie souterraine microbienne est préservée. Elle permet également de nettoyer le sol et de retirer les adventices. 

Enfin, on finalise avec la griffe pour briser les mottes de terre.

 

On passe aux semis :

 

                                     

Semer les graines sur des lignes parallèles. Pour chaque espèce, l'écartement des lignes et la dose de semis varient. 

Les semis en lignes et en poquets entrainent systématiquement des plants trop serrés, qui « étouffent » et peinent ensuite à se développer. Il est donc nécessaire de venir éclaircir les jeunes plants. Cette technique convient pour les carottes, navets, betteraves, radis.

 

 

Le semis à la volée : il consiste à répartir les graines sans ordre particulier. La conséquence étant un semis très dense, il est essentiellement employé pour le semis du gazon, des prairies fleuries et des mélanges de fleurs. Côté potager, on peut y avoir recourt pour la mâche et le persil.

 

 

Il consiste au préalable à tracer des lignes avec un cordeau puis d’y creuser des petits trous peu profonds, appelés « poquets », dans lesquels seront déposées quelques graines, recouvertes ensuite de terre. Cette technique est recommandée pour les espèces nécessitant de l’espace pour leur développement : haricots à rames, légumineuses, fleurs grimpantes… Ainsi que pour les courges, courgettes, melon et concombres.

 

Les autres techniques 

Le semis en godet biodégradable

Il est pratiqué pour les espèces devant être semées en pépinière et qui ne supportent pas les conséquences liées au repiquage. Cette technique octroie à la plante une motte individuelle dans laquelle se développe son système racinaire. Une fois développée, elle peut être repiquée directement en terre avec son godet. Cette technique convient pour les légumes fruits : tomate, poivron, potiron, concombre, melon, courgette et aubergine.

 

Les graines pré-semées :

Les graines sont intégrées dans un ruban ou tapis biodégradable. L'avantage de cette technique est de pouvoir semer les graines à égale distance. Le procédé est simple, on déroule le ruban / tapis, côté imprimé vers le bas. On l'arrose  pour bien humidifier. On le recouvre de 0.5 à 1 cm de terreau ou de sable. Enfin, on arrose abondamment en veillant à maintenir humide jusqu'à la levée. Voilà, le tour est joué !


 

 

 

Le semis en terrine, caissette ou mini serre

Ce procédé est employé pour les semis délicats (graines fines) et ceux réalisés en pépinière, nécessitant un environnement clos et chaud (serre, maison). Cette technique convient pour de nombreuses espèces notamment le piment, la tomate, le basilic et l'aubergine.

 

Mode d'emploi : remplir de terre légère au 2/3. Égaliser la surface. Faire un semis régulier et clair et recouvrir les graines d'une couche de terre fine très légère. Tasser légèrement le semis. Arroser en pluie fine ou bien faire tremper le contenant quelques temps dans un bac d'eau jusqu'à humidification de la surface. Enfin, recouvrir le bac d'une vitre jusqu'à la levée. Agir de même pour un semis sous châssis. Pour un semis sous tunnel, les plants seront protégés par la bâche au lieu d'une vitre, mais le processus est le même.

 

Repiquage : Prélever délicatement la plantule. Faire le trou à l'emplacement choisi à l'aide d'un plantoir ou du doigt. Placer le plant sans recourber ses racines vers le haut. Enfoncer le plant jusqu'à ce que le collet soit au niveau du terreau.
Borner le plant pour bien serrer la terre contre les racines. Arroser.

 

 CAILLARD VOUS SOUHAITE DE BONS SEMIS !

 

 

Voir le lien