La mésange charbonnière : une espèce en danger

22/01/2020

Certains oiseaux migrent au soleil pour l'hiver, la mésange charbonnière préfère affronter le froid. Graines et insectes sont rares, mais cela ne l’effraie pas. Jusqu’au retour du printemps, la charbonnière sera fidèle à une seule et même devise... Survivre, à tout prix.

 

Qui est elle et où peut on la rencontrer ?

 

On la rencontre très souvent dans nos jardins et dans les parcs, car elle évolue volontiers à proximité des habitations. Elle y trouve nourriture et sites de nidification. Elle est toute aussi familière que la Mésange bleue. C’est un oiseau grégaire qui vit en joyeuse bande bruyante et dynamique de quelques individus, souvent mélangé à d’autres espèces de Mésanges notamment de Mésange bleue et de Mésange à longue queue. La Mésange charbonnière a un vol ondulant comme toutes les Mésanges (alternance de phases battues et de phases planées). La Mésange charbonnière mesure 14cm de long pour un poids de 15 à 20 gr. et même devise... Survivre, à tout prix. 

 

Période de reproduction

 

La saison des amours se prépare en hiver. Au moindre rayon de soleil, le mâle se perche bien en évidence, faisant entendre un chant énergique. Il virevolte, se pose un peu plus loin et lance un trille qui résonne comme une invitation à destination des femelles.

La femelle Mésange charbonnière pond entre 8 et 16 œufs blancs tachetés de pointillés marron clair. Elle couve seule ses œufs tandis que le mâle lui apporte sa pitance directement au nid. Les oisillons éclosent après 14 jours d’incubation et sont nourris pendant une vingtaine de jours (la durée du séjour au nid dépend des ressources alimentaires et du nombre d’oisillons à nourrir) au nid puis environ 1 semaine à l’extérieur du nid.

 

Une présence continentale

 

Les mésanges charbonnières sont présentes sur tout le continent européen. «C'est un oiseau qui ne migre pas», explique Élie Gaget chercheur à l'Institut de recherche pour la conservation des zones humides méditerranéennes de la Tour du Valat. «Elle subit donc les conséquences du réchauffement et doit s'adapter. Cet oiseau se nourrit principalement de chenilles. Avec les hivers qui deviennent de plus en plus doux, les chenilles prolifèrent plus tôt qu'auparavant, ce qui a totalement décalé les mésanges.»

 

Pourquoi leur venir en aide ?

 

Leur venir en aide est avant tout un geste en faveur de la lutte pour la préservation de la biodiversité. La mésange charbonnière à une espérance de vit assez courte et ne vit qu’entre 3 et 5 ans seulement en milieu naturel.

La mésange charbonnière passe son temps à prospecter les écorces , les feuilles et les buissons en quête de nourriture et ca lui fait perdre 1/3 de son poids. Malheureusement l’alimentation des oiseaux se fait rare en hiver et la présence de différents prédateurs comme l'épervier d'Europe, la belette d'Europe et la zibeline. A tout cela il faut rappeler que le dérèglement climatique bouleverse éco-système de cette oiseau.

 

Afin de palier aux manques de ressources alimentaires ainsi que de lieux d'habitations, l’application de certains gestes est de mise comme :

- Utilisation d'un support à boule de graisses

- Pensez également à leur aporter de l'eau pendant les périodes de gel. 

- Fixer un abreuvoir à au moins 1m50 du sol pour éviter les attaques de félins.

N'ajouter jamais de sel dans la nourriture ou dans l'eau pour l'empêcher de geler. Le sel est néfaste pour les oiseaux.

Suspendre des boules de graisses

Voir le lien