L’éco-jardinage

L’éco-jardinage

09/12/2019

L’éco-jardinage c’est avant tout un engagement éco-responsable qui permet d’entretenir son jardin de façon saine tout en préservant la nature et enrichissant sa biodiversité.

Ëtre éco-jardinier c’est valoriser la culture en utilisant des techniques alternatives aux traitements phytosanitaires et favoriser l’utilisation d’engrais naturels, ce qui permet d’adopter plus facilement une attitude responsable envers la faune qui réside dans son jardin.

 

Nous allons vous donner les clés pour vous lancer et devenir un éco-jardinier !

Premières astuces : accueillez les amis de la nature, créez un lieu de compostage et trouvez un espace dans votre jardin que vous laisserez volontairement en friche.

                                                

 

Les bons gestes

                                                                  

Connaitre son type de sol

Réussir son jardin, c’est avant tout connaître la nature de la terre qui accueillera vos plantes puis adapter ainsi vos cultures et les soins à apporter en fonction des spécificités du sol. Une terre « idéale » est composée de divers éléments (sable, argile, calcaire), présents en quantité équilibrée, permettant à la fois une bonne aération et une retenue de l’eau en quantité suffisante. Cet équilibre n’est pas toujours présent naturellement. Il est parfois nécessaire d’agir pour modifier la structure du sol et l’enrichir naturellement. (tout savoir sur son type de sol https://cutt.ly/re5zl7K)

 

Enrichir son sol naturellement

 

Pour que vos plantes se développent correctement, votre terre aura besoin d’eau, de minéraux et de matières organiques. Le travail sur l’amélioration de votre sol se fera au fur et à mesure et ne pourra se faire que par deux biais qui sont :

Un composteur :

 Celui-ci servira à recycler vos déchets verts ou bruns    exemples :  les feuilles des arbres ou les fleurs fanées.

 Ce processus simple de décomposition des éléments  organiques offrira un amendement naturel à utiliser  directement dans vos massifs et au potager. Cet apport  allégera votre terre et permettra des économies de terreau et d’eau. De plus, en l’utilisant, vous réduirez vos déchets.

 

 Les améliorants verts :

Un améliorant vert est une plante qui avant la montée en graines, est coupée puis séchée et enfouie dans le sol. Les nombreux nutriments qu’elle contient vont venir le régénérer afin d’éviter son épuisement au cours des diverses cultures potagères.

Il accueillera ainsi vos cultures légumières qui profiteront gracieusement de tous les apports de l’amélioranrs vert. (Plus d’infos sur les engrais ici :https://cutt.ly/ve5zcOR)

 Les principaux atouts des améliorants verts sont :

 

  • Enrichissement du sol
  • Amélioration de la structure du sol
  • Attire et nourris les insectes pollinisateurs
  • Limite les mauvaises herbes

 

Chaque améliorant vert s’accorde avec son environnement, cependant, il peut arriver qu'ils  ne s’entendent pas avec certains légumes ou au contraire d’autres sont excellents pour certaines cultures.

Il est donc primordial de connaître les besoins de votre jardin et les caractéristiques de l'améliorant vert que vous souhaitez semer avant de démarrer votre culture.

 

Le paillage :

 

Le paillage de matières organiques est une technique qui consiste à recouvrir le sol avec diverses matières d’origine naturelle. Il évitera au sol de subir les attaques météorologiques de plein fouet et évitera qu'il ne soit lessivé et tourmenté.

Ses avantages :

 

  • Favorise la vie souterraine microbienne
  • Agis comme isolant contre les variations de température
  • Limite le développement des mauvaises herbes
  • Retiens la chaleur l’hiver et l’humidité l’été
  • Protège les légumes et fruits des salissures
  • Ralentis l'évaporation de l'eau

Néanmoins, une mauvaise utilisation peut assécher la terre, si vous paillez sur un sol sec, l’eau ne pourra pas désaltérer votre sol. À l’inverse, si vous paillez sur une terre gelée, vous empêcherez son réchauffement.

 

 

 la rotation des cultures

 

Le principe de la rotation des cultures s’applique sur tout votre potager, il est conseillé de ne pas cultiver la même plante ou une plante de la même famille botanique sur la même parcelle d’une année sur l’autre. Exemple : si vous planter un artichaut cette année vous ne devez pas planter de la laitue au même endroit l’année suivante.

Le but de cette pratique est qu’elle limite les proliférations des maladies ou des ravageurs liées à certaines cultures ce qui va éviter la fatigue du sol.

 

Maitriser votre approvisionnement d’eau

La récupération de l’eau de pluie et son stockage permettent sa réutilisation pour une diminution et une maîtrise de la consommation d’eau.

L’utilisation d’un récupérateur d’eau peut se faire grâce aux gouttières qui entourent votre maison, l’eau est acheminée vers une cuve hors-sol ou enterrée. Cette cuve est munie d’une pompe électrique qui permet de conduire l’eau de la cuve vers la maison, où elle pourra resservir à un usage domestique.

  • Une cuve hors-sol est installée à l’extérieur et peut contenir entre 200 et 500 litres d’eau, une quantité qui permet l’arrosage annuel d’un jardin de 50 m2.
  • Une cuve enterrée est une citerne opaque, qui évite le développement des algues et protège de la chaleur, du gel et de la lumière. Elle peut contenir généralement jusqu’à 20.000 litres d’eau.

 

Choisir des plantes adaptées à votre environnement

 

Les plantes qui éloignent les insectes :

  • Les carottes, par leur odeur, font fuir la mouche de l'oignon (Hylema antiqua) et la teigne du poireau (Acrolepiopsis assectella), à semer donc entre les rangs.
  • Sauge, romarin, thym, moutarde, persil, trèfle, céleri et tomates éloignent la piéride du chou (papillon), les limaces et les escargots.
  • Le myosotis est un excellent compagnon pour les cultures de framboisiers. Son odeur permet d’éviter la prolifération du ver du framboisier.
  • La menthe verte ou poivrée va éloigner les pucerons noirs des rosiers.
  • Plantez du fenouil à proximité des salades pour les protéger des attaques de limaces !
  • Le persil, le romarin et le basilic permettront d’éloigner les escargots. 

Tandis que d’autres plantes serviront d’appât aux insectes :

    • Les capucines attirent les pucerons.
    • Les aubergines attirent les doryphores.
    • La moutarde attire le papillon blanc des choux.

L’ensemble des plantes mentionnées plus haut doivent être à une certaine distance de votre potager pour éloigner ou appâter certains insectes.

Une fois que votre association légumes-fleurs aura pris forme, elle aura pour avantage supplémentaire d’attirer les bourdons (l’insecte pollinisateur) et les abeilles.

Accueillir la vie dans son jardin

 

Il existe différentes façons de privilégier la venue des auxiliaires dans votre jardin : l’installation de mangeoires, nichoirs pour oiseaux, pour écureuils ; d’abris à hérissons, des hôtels à insectes sont idéals. En faisant le choix d’inviter la vie dans votre jardin vous développez chaque jour un peu plus la biodiversité qui vous entoure.

 

Grace à l’ensemble de ces gestes vous contribuez à la protection de la nature à votre échelle, ce qui aide à préserver la planète surtout quand on sait que 80 % des jardins en France se trouvent en milieu urbain avec près d’un million d’hectares de jardin ce qui équivaut à la même superficie que nos réserves naturelles.